Cooling of Climate Sensitivity – Anthropogenic CO2 Global Warming Challenged by 60-Year Cycle

Refroidissement de la sensibilité climatique – Réchauffement dû au CO2 anthropique en compétition avec un cycle de 60 ans 

 

Friends of Science Society offers this transcript of the video of Emeritus Prof. François Gervais Porto Basic Climate Science presentation in English and French.  Pour la transcription française ci-dessous. The timeline references in the transcript of the video are random and simply to help the reader find the section of the video.   A similar presentation in French is posted at the end of this transcript.

The relevant peer-reviewed paper is here:

Earth-Science Reviews_FG_2016 (1)

The power point is here:

8._gervais (2)

Prof. Gervais:

Is there a correlation between temperature of the earth and CO2 emissions?

In black you see the data by the Hadley Center in Britain, and in red, the satellite measurements. At the University of Alabama at Huntsville. So is there a correlation?

1:29

I will say, no.

Why?

Because when CO2 started accelerating between 1945 and 1975, temperature was decreasing.

Definitely there is no correlation.

Okay, after that there has been an increase of temperature but no more than between 1910 and 1948.

1:59

No correlation.

Of course, the CO2 emissions, nowadays are six times more than it was between the period of 1910 and 1945.

2:13

Conversely, we see a good fit with a 60-year cycle, plus a straight line. But this straight line doesn’t fit the CO2 emissions….due to the change in slope you see in 1945.

2:36

This fit with a 60-year cycle gives much better agreement with data, than this…which is a picture taken from IPCC AR5 report, you see during the first increase between 1910 and 1945 – the models CMIP5 – does not see (show) the increase that has been observed. And now there is the problem of this century, you see again there is disagreement …let’s have a zoom on our century.

3:22

This is a picture taken from the IPCC AR5!

You see the measurements…and you see the models. Not only the models doesn’t fit the experiment, but they don’t fit each other.  They disagree with each other, the models. Even with the same colors which is the same scenario.

3:52

Another picture which is also from inside the IPCC AR5 report – another way to show the same thing. In red, you have the observation in the period indicated. And in black you see the CMIP5 models.

They run too hot, that’s clear – all of them!

So, the alarmism is not validated.

4:22

This 60-year cycle is not only seen in temperature measurements, but also in other climate sentinels. For example, the sea level rise of oceans which also shows….of course there is much uncertainty on the data, but anyway, the computer creates a sine function that is in agreement with the data. And also, in between, you see the area of Arctic ice.

When the temperature was low, there was a maximum of arctic ice; then when the temperature was higher, there was a low of arctic ice, and so on. And we see the same now.

5:16

This 60-year cycle is reported in many peer-reviewed papers, including Nicola Scafetta, who is in the audience. And, there is a possible explanation by the tide effect.  The tide effect of big planets of the solar system upon the sun.

5:47

Which is easily deformable because it is gas.

Another possibility is the correlation of this cycle with what is called the Atlantic Multidecadal Oscillation.

6:09

Here is a plot of climate sensitivity published in peer-reviewed papers. Some people in the audience are among the authors of some data.  Is it clearly the alternative or the post-modern definition of ‘consensus’?

6:40

(audience laughter)

Is it?

Well…I recall the definition of ‘climate sensitivity’ – it is the warming of the earth in case of CO2 doubling.

There are two definitions – “Transient Climate Response” (TCR) and “Equilibrium Climate Sensitivity” (ECS) .  Transient is at the time of doubling of CO2 while Equilibrium assumes several more unknown centuries to arrive to this equilibrium.

7:10

But anyway, in both cases, just a linear regression of the data points shows there is a cooling. Why?

Probably because a number of authors have just noticed that in the low troposphere temperatures, since two decades, there is no change except fluctuations.

At 10 kilometers, temperature has not changed in four decades.

And you will see in a few minutes, in the low stratosphere, the temperature has not changed in a quarter of a century.

8:10

So, that’s why, that’s the possibility. Anyway.

What has increased, not the emissions, but the CO2 in the atmosphere?

It has been increased til the beginning of this century.

Since this beginning, it is almost a constant, 2 ppm/yr.

8:45

That will mean that until 2068, in 50 years, there will be, if we extrapolate, 100 more ppm CO2 in the atmosphere.

Why 2068? It is because according to a paper by Ollila who uses the data of BP – British Petroleum – the known reserves of gas and oil – known today – will be finished in 50 years. Of course, for coal, it is much more time.  But, known reserves – of course, we can discover more. But anyway, …

9:40

In order to make some calculations, what is CO2 ? This is the infrared spectrum of the atmosphere.

We see, essentially, the absorption by water vapour, essentially by water vapor.

Only two peaks or absorption, since it is the transmission, two peaks correspond to CO2.

It’s really easy to understand. You see that young girl…if she kisses, alternatively, each boy, that’s one vibrational mode.

Or, she is just hesitating…

She’s hesitating like that…like a Chinese reading a book.  So, very easy.

Both those absorptions in the atmosphere, absorb 100% of the radiation emitted by the earth.

100%. We could say it is almost saturated.

10:56

This is exactly what was published by Rasool and Schneider.  I chose Schneider although he has become a well-known alarmist, but at the time he was not.  Why? Because earth was cooling, at that time (1971)!

11:17

…and he considered the climate sensitivity of 0.8°K.

And he explains that this is because the CO2 bands saturate, and the addition of more CO2 doesn’t substantially increase the opacity of the atmosphere. Well, I will not detail the calculation because it is very easy. We start with the Stefan Bolzmann equation, make its derivative and therefore arrive to a simple equation, almost 0.2 degrees of AGW in 2068.

11:59

Experimental verification.

That’s very important.

In the low stratosphere, we would expect temperature change.

There is no temperature change, with two different satellite measurements, since a quarter of a century.

No temperature change.

12:25

If we believe IPCC, you should have this temperature change.

This is not observed.

Why?

The Greenhouse Effect, according to IPCC, the definition is there.

It is to consider the lowering of emission by CO2 at high altitude, due to an excess of CO2.

12:55

Increase of altitude means increase of temperature – uh sorry – decrease of temperature with altitude.

But what happens, actually?

This is the infrared spectrum again and this is this band again at 15 microns, in the troposphere – below – above the tropopause, 11 kilometers – above – you see that the absorption in both cases is always 100%. And above 11 kilometers, the temperature no longer decreases, but starts to increase again. The increase of temperature means a cooling effect, decrease of temperature means a warming effect.

Okay.

13:47

This is because simply, the saturation which is observed in the low atmosphere, is not observed at higher altitude because the pressure is lower. And since pressure is lower, the dissipation of heat is by another mechanism, no longer collision of molecules at low altitude, it becomes emission, radiative effect, at high altitude because much less collision of course, due to the low pressure.

14:20

In addition, but I will not discuss that, again, one of the authors of this work, is my chairman, so he knows well

You see, CO2 is so dangerous that it warms the earth before it has been emitted… That’s what is said with these measurements. Of course, normally a consequence FOLLOWS a cause. But it’s reversed…

Well, I will not discuss it because I will need time to discuss that, that means that the ocean release CO2 because there are 60 times more CO2 in the ocean than in the atmosphere, and that may be the explanation.

15:18

But if that is true, that would mean that, (well I’ll skip that one …well maybe not) ..this picture has already been shown today, there is no correlation again – why?

If we admit that there is a climate sensitivity of 0.6°C, of course no correlation is observed.

Because either a doubling of CO2 or dividing by 2 would not change anything within the temperature range.

This is also true for… I just want to use the last minute…to insist on earth’s greening.

This is observed by satellite.

18 million square kilometers.

More interesting is the increase in the seasonal oscillation with time,

Now is La Jola, you see the increase of amplitude of this oscillation is larger than it has been, it increases more rapidly than CO2 itself. This is a way to arrive to this conclusion.

I will let you read…

(applause)

(applaudissements)

Français FRENCH TRANSLATION OF THE ENGLISH VIDEO: (a similar video presentation in French below)

Refroidissement de la sensibilité climatique – Réchauffement dû au CO2 anthropique en compétition avec un cycle de 60 ans 

 

Y a t-il une corrélation entre température de la Terre et émissions de CO2?

 

En noir, on voit les données du Hadley Center britannique, et en rouge, les mesures par satellites publiées par l’Université d’Alabama à Huntsville. Y a-t’il corrélation ?

1:29

Je dirais, non.

Pourquoi ?

Parce que lorsque les émissions de CO2 ont commencé à accélérer entre 1945 et 1975, la température baissait.

Clairement, il n’y a pas corrélation.

Bon, après il y a eu un accroissement de température mais pas plus que de 1910 à 1948.

1:59

Pas de corrélation.

Car les émissions de CO2 sont de nos jours six fois plus élevées que ce qu’elles étaient dans la période entre 1910 et 1945.

2:13

En revanche, nous constatons un bon accord avec un cycle de 60 ans. Par ailleurs, la ligne droite ne reflète pas vraiment les émissions de CO2 à cause du changement de pente que l’on voit en 1945.

2:36

L’accord des données avec le cycle de 60 ans apparait bien meilleur qu’avec les modèles repris par le rapport AR5 du GIEC comme le montre cette figure tirée du rapport. On voit que le premier accroissement de température entre 1910 et 1945 n’est pas reproduit par les modèles CMIP5. Le désaccord est encore pire depuis le début de ce siècle. Zoomons sur notre siècle.

3:22

Voici une autre figure issue du rapport AR5 du GIEC.

On voit les mesures (en noir) et on voit les modèles (en couleur). Non seulement les modèles ne reproduisent pas les mesures, mais ils ne sont pas d’accord entre eux. Même pour une même couleur correspondant à un même scénario d’émissions.

3:52

Une autre figure qui est également extraite du rapport AR5 du GIEC, une autre méthode pour montrer la même chose. En rouge, on voit les observations dans la période indiquée. En noir, on voit les modèles CMIP5.

Ils chauffent trop, c’est clair, tous !

Donc l’alarmisme n’est nullement validé.

4:22

Ce cycle de 60 ans n’est pas seulement observé dans les mesures de température, mais aussi par d’autres sentinelles du climat. Par exemple, la hausse du niveau des océans le voit aussi avec bien sûr une certaine incertitude dans les données, car l’ordinateur trouve une fonction sinusoïdale donnant le meilleur accord avec les données. Entre ces deux courbes, est présentée la superficie de banquise Arctique.

Lorsque la température était basse, il y avait un maximum de banquise Arctique ; puis lorsque la température a été plus élevée, il y avait un minimum de banquise Arctique, et ainsi de suite. On observe maintenant un minimum similaire.

5:16

Le cycle de 60 ans est rapporté dans beaucoup de publications dans des revues internationales à comité de lecture, dont plusieurs de Nicola Scafetta qui participe à ce colloque. Ainsi existe-t-il une explication possible par un effet de marée. L’effet de marée des plus grosses planètes du système solaire sur le soleil.

5:47

Qui est aisément déformable parce que c’est du gaz.

Une autre possibilité est la corrélation de ce cycle avec ce qui est appelée l’Oscillation Atlantique Multidécennale.

6:09

Voici reportés les valeurs de sensibilité climatique publiées dans des revues internationales à comité de lecture. Quelques participants à ce colloque sont auteurs de certaines. Est-ce l’illustration de la définition « post-moderne » d’un « consensus » ?

6:40

(rires de l’auditoire)

Est-ce le cas ?

Bon. Je rappelle la définition de la « sensibilité climatique » – C’est le réchauffement de la Terre en cas de doublement du CO2 dans l’air.

Il y a deux définitions – « Réponse climatique transitoire » (TCR) et « Sensibilité climatique à l’équilibre » (ECS). Transitoire s’entend au moment du doublement du CO2 tandis que l’équilibre suppose un nombre inconnu de siècles supplémentaires pour arriver à l’équilibre.

7:10

De toute manière, dans les deux cas, une simple régression linéaire des données montre qu’il y a refroidissement. Pourquoi ?

Probablement parce qu’un certain nombre d’auteurs ont justement noté que depuis deux décennies, la température n’évolue pas dans la basse troposphère aux fluctuations près.

A 10 kilomètre d’altitude, la température n’a pas évolué depuis quatre décennies.

Et on va voir dans quelques minutes que dans la basse stratosphère, la température n’a pas évolué depuis un quart de siècle.

8:10

Voilà pourquoi. C’est du moins une possibilité.

Ce qui s’est accru, non pas ici les émissions, mais la proportion de CO2 dans l’atmosphère.

Elle s’est accrue jusqu’au début de ce siècle.

Depuis, elle reste à peu près constante à 2 ppm par an.

8:45

Cela signifie d’ici 2068, dans 50 ans, si l’on extrapole, 100 ppm de CO2 supplémentaires dans l’atmosphère.

Pourquoi 2068 ? Parce que d’après une publication de Ollila qui utilise les données de BP – British Petroleum – les réserves connues de gaz et de pétrole – connues aujourd’hui – seraient épuisées dans 50 ans. Bien sûr, pour le charbon, on en aura pour plus longtemps. Mais quant aux réserves connues, on peut bien sûr en découvrir d’autres. Mais bon…

9:40

Pour faire quelques calculs, qu’est-ce que le CO2 ? Voici le spectre infrarouge de l’atmosphère.

On voit essentiellement l’absorption par la vapeur d’eau, essentiellement par la vapeur d’eau.

Seulement deux pics ou absorptions, puisque c’est la transmission, deux pics correspondant au CO2.

C’est vraiment facile à comprendre. Vous voyez cette jeune femme. Si elle bise, alternativement, chaque garçon, c’est un mode de vibration.

Ou elle est simplement hésitante.

Elle hésite comme cela (en hochant simplement la tête) comme un chinois lisant un livre. C’est ainsi très facile.

Ces deux absorptions dans l’atmosphère absorbent 100 % du rayonnement émis par la Terre. On peut dire que l’effet est presque saturé.

10:56

C’est exactement ce qu’ont publié Rasool et Schneider. Je choisis Schneider bien qu’il soit devenu par la suite un alarmiste notoire qu’à l’époque il n’était pas. Pourquoi ? Parce qu’à cette époque (1971) la Terre se refroidissait !

11:17

…et il considérait une sensibilité climatique de 0,8°K.

Et il explique que c’est parce que les bandes de CO2 saturent et que l’addition de davantage de CO2 n’accroit pas de façon substantielle l’opacité de l’atmosphère. Je ne vais pas détailler le calcul parce que c’est très simple. On part de l’équation de Boltzmann, on la dérive, et on arrive à une équation simple donnant à peu près 0,2°C de réchauffement anthropique d’ici 2068.

11:59

Vérification expérimentale.

C’est très important.

Dans la basse stratosphère, on s’attendrait à une évolution de température.

Il n’y a pas d’évolution de température, selon deux mesures satellitaires différentes, depuis un quart de siècle.

Pas d’évolution de température.

12:25

Si l’on en croit le GIEC, on devrait avoir cette évolution de température.

Elle n’est pas observée.

Pourquoi ?

Selon le GIEC, la définition de l’effet de serre se trouve ici.

Il considère un abaissement de l’émission par le CO2 à haute altitude dû à un excès de CO2.

12:55

L’accroissement d’altitude signifie accroissement de température – non, pardon – diminution de température avec l’altitude.

Mais qu’est-ce qui se passe vraiment ?

Voici à nouveau le spectre infrarouge et de nouveau cette bande à 15 microns, en-dessous dans la troposphère, et au-dessus de la tropopause à 11 kilomètre, dans la figure du dessus. On voit que l’absorption dans les deux cas est toujours de 100 %. Et au-dessus de 11 kilomètres, la température ne décroit plus mais commence à augmenter. Un accroissement de température signifie un effet refroidissant, alors qu’une diminution de température implique un effet réchauffant.

Bon.

13:47

C’est simplement parce que la saturation qui est observée dans la basse atmosphère n’est plus observée à plus haute altitude parce que la pression est plus faible. Et puisque la pression est plus faible, la dissipation de chaleur se fait par un autre mécanisme, non plus par collisions de molécules comme à basse altitude, mais par émission, effet radiatif, à haute altitude en raison de moindres collisions, bien sûr, à cause d’une pression faible.

14:20

En plus, mais je ne vais pas en discuter, un des auteurs de ces travaux est mon président de séance, donc il connait bien.

Vous voyez, le CO2 est si dangereux qu’il chauffe la Terre avant même d’avoir été émis… C’est ce qui découle de ces mesures. Bien sûr, normalement une conséquence SUIT une cause. Mais c’est inversé…

Bon, je ne vais pas le discuter parce que j’aurais besoin de temps, cela signifie que l’océan relâche du CO2 parce qu’il y a 60 fois plus de CO2 dans les océans que dans l’atmosphère, et cela pourrait être l’explication.

15:18

Mais si c’est le cas, cela signifierait que (bon, je vais passer cette planche… peut-être pas – elle a déjà été montrée aujourd’hui) montrant à nouveau qu’il n’y a pas corrélation. Pourquoi ?

Si l’on admet une sensibilité climatique de 0,6°C, bien sûr aucune corrélation n’est observée.

Parce que soit un doublement du CO2 soit sa division par 2 ne changerait quoi que ce soit (de significatif) dans une telle gamme de température.

C’est aussi vrai pour le siècle dernier… Je voudrais simplement utiliser la dernière minute pour insister sur le verdissement de la Terre.

C’est observé par satellite.

18 millions de kilomètres carrés.

Plus intéressant est l’accroissement de l’oscillation saisonnière au fil des ans.

Ici à La Jola, on voit que l’accroissement de l’amplitude de cette oscillation est plus grand que ce qu’elle a été, elle augmente plus rapidement que le CO2 lui-même. Tout cela pour arriver à ces conclusions.

Je vous laisse lire…

(applaudissements)

 

François Gervais – L’urgence climatique est un leurre

https://www.amazon.com/gp/product/2810008515/ref=dbs_a_def_rwt_hsch_vapi_taft_p1_i0